Les OGM et l’énergétique                                               fruitsdetour

A une époque de grands débats et de procès pour ou contre les OGM (organismes génétiquement modifiés), il serait peut-être utile de dépasser le point de vue politique, légal, ou mercantile des laboratoires, pour considérer cette technique sous l’angle énergétique.

Le Qi des aliments

A proprement parler les OGM ne sont plus dans le cadre de l’énergétique et c’est là que réside le danger.

Nous savons que tout ce qui est vivant ne peut l’être que par une dynamique de vie, une énergie qui anime la matière. Sans cette énergie la matière est inerte.

Donc les fruits, légumes et animaux ont une énergie un Qi ? spécifique.

Ce Qi selon son degré d’activation se qualifie en nature froide, tiède ou chaude. Il peut en outre est affaiblit par le temps entre la récolte et la consommation, ou par le lieu et les moyens de cultures (pollutions chimiques, électriques, nucléaires, vibrations géobiologiques…).

Il peut s’enrichir et augmenter son taux vibratoire par une attention constante au temps de culture, de récolte, au lieu de croissance (ensoleillement, vents, orientations, ph et qualité du terrain), à la qualité d’intention des personnes lors des différentes manipulations agricoles.

En dernier recours le Qi des aliments peut être amélioré ou détérioré par les préparations culinaires et les cuissons qui, renforcent ou diluent les formes, les couleurs, saveurs et parfums des aliments.

Transmission du vivant

Ce qui est vivant provient en général d’une transmission génétique, avec une partie du bagage génétique venant de gamètes mâles et une partie venant de gamètes femelles, ce qui en énergétique correspond au Jing ? , le Jing du père se mêlant au Jing de la mère pour donner la progéniture.

Le Jing fait donc partie de l’énergie originelle, ce qui est transmis dans les graines, les semences. Une fois ce Jing altéré, il n’est plus possible de revenir en arrière. Il s’inscrit une nouvelle mémoire au cœur même de la matière qui la répliquera à l’infini. Le principe vital Jing sera désormais modifié, le Yin , les profondeurs seront transmutés. Agir sur les Qi des aliments c’est les modifier en accentuant les modalités bois, feu, terre, métal ou eau. Toucher au Jing c’est de la transformation et non plus du changement ; l’altération crée une mutation dans la forme et les formes transmises génétiquement.

Le retour en arrière n’est plus possible et modifiera aussi les Qi, puisqu’il est dit dans les textes :   Jing Hua wei Qi, la transformation Hua du Jing, principe vital, ce sont les Qi, les énergies.

Que de désinvolture

Jing est aussi le principe du Ciel Antérieur, du lieu du non manifesté, il représente l’indifférencié, la matrice du monde que l’on va traire pour en sortir les manifestations, les Qi, les souffles vitaux ; il est d’une outrecuidance outrancière de vouloir bidouiller ce mystère pour en tirer des bénéfices commerciaux. C’est un acte contre le patrimoine de l’humanité.

Il est déjà pénible de voir avec quelle désinvolture sont traitées les énergies des forêts, des mers, des airs, de la terre comme un bien nous appartenant. Transmuter l’origine de ces énergies, le Jing, par des OGM, est inconcevable.

Les OGM sont rendus possibles à l’heure actuelle pour nous montrer à quel point nous nous désintéressons de l’interne, de nos fonctions vitales, de nos 5 trésors (nos organes), de la vie de notre psyché, de la pureté du Shen ? notre conscience lucide. Les intérêts humains sont aimantés par l’externe, les nouveaux gadgets électroniques, la politique nationale et internationale, la vie des people, les jeux olympiques…

Des réactions en chaînes

Un problème ne venant jamais seul, le Jing altéré des plantes peut altérer le Jing des abeilles qui s’affaiblissent de plus en plus, disparaissent par colonies entières, ou meurent par dévitalisation de leur immunité. Les abeilles sont ainsi contaminées par des virus, des parasites, et ne peuvent jouer leur rôle de pollinisatrices, c’est à dire de transport des bagages génétiques de fleurs en fleurs. Est ce dû aux insecticides, aux désherbants, ou à une intention hyménoptèrienne pertinente de ne pas contribuer à la dissémination de pollen au Jing modifié génétiquement par des apprentis sorciers en blouse blanche. Pour ces insectes qui portent hymen, il serait naturel de protéger le Jing génital des fleurs.

L’altération du Jing

En médecine chinoise il est enseigné que l’énergie immunitaire gérée par le Poumon-Métal prend sa racine dans le foyer inférieur, lieu des Reins-eau et du Jing conservé dans les ovaires et la semence spermatique. Si on assiste à tant de pathologies immunitaires actuellement chez les enfants, les arbres et les fruits qu’il faut traiter constamment à cause de la faiblesse de leurs défenses, on peut s’interroger sur l’altération du Jing des semences et de l’hérédité des humains qui fragilise tant leur descendance.

Si le Jing, principe vital, est déjà faible, les manipulations génétiques sans connaissance de leurs effets à long terme, risquent d’aggraver de manière irrémédiable la situation pourtant alarmante.

Considérons que manipuler le niveau le plus profond, Yin, de la vie chromosomique aura des conséquences sur bien d’autres plans (défense immunitaire, psychisme, psychologie) qui sont tous reliés entre eux, ce que les scientifiques ne semblent pas prendre en compte. Comme le disait déjà  François Rabelais en 1532,  avant sa mort : « Science sans Conscience n’est que ruine de l’Ame ».

Bruno Repetto